La lutéine, un nutriment majeur dont on ne parle pas souvent

Le couple lutéine/zéaxanthine est l’un de ces apports majeurs de la spiruline qui passe malheureusement presque toujours inaperçu. Et pourtant que de vertus pressenties pour ces caroténoïdes…

calendula-jaune-luteine

Je vous présenterai prochainement quelques études sur la lutéine et la vision, ciblant l’impact de la lutéine sur la dégénérescence maculaire et la formation de cataractes, ainsi qu’une autre sur l’amélioration de la performance visuelle chez les gros utilisateurs d’ordinateurs. Mais comme les écrans font juste un peu mal aux yeux et que les pertes de vision liées à l’âge interviennent surtout après 75 ans, ça n’est pas forcément particulièrement motivant.

La découverte potentielle du secret d’une peau maintenue jeune plus longtemps, avec des effets notables sous moins de deux semaines sur certains paramètres, c’est autrement plus concret !

Étude sur l’effet de la lutéine sur le rajeunissement de la peau

Points méthodologiques de l’étude lutéine-zéaxanthine et peau humaine

Les chercheurs derrière le papier « Effets bénéfiques de long-terme d’un traitement combiné oral et topique des caroténoïdes lutéine et zéaxanthine sur la peau humaine: une étude en double-aveugle à contrôle placebo » se sont penchés sur le sort de la peau de 40 femmes saines d’entre 25 et 50 ans (avec une moyenne d’âge de 35 ans) exhibant toutes des signes de vieillissement prématuré de la peau. Après les avoir soumises avec 15 jours d’avance sur le début de l’étude à un régime similaire (méditerranéen pauvre en caroténoïdes), ces femmes ont été divisées en quatre groupes et suivies pendant 12 semaines.

La lutéine leur a été apportée sous l’une de quatre combinaisons possibles :

  • application topique seule (sous la forme d’une crème humidifiante enrichie en lutéine/zéaxanthine et accompagnée d’un placebo alimentaire)
  • ingestion seule (accompagnée de l’application d’une crème humidifiante non-enrichie)
  • lutéine/zéaxanthine à la fois ingérée et appliquée dans une crème humidifiante
  • ingestion et application dermatologique de placebos.

Avant d’aborder les résultats, un petit point méthodologique. L’étude est vraiment très riche, avec des méthodologies assez impressionnantes pour mesurer chaque paramètre de l’étude. À mon niveau, la principale faiblesse que j’y vois est le faible nombre de participantes, seulement 40, et si ce nombre permet une pertinence statistique sur l’échantillon, elle ne permet pas de distinguer des sous-cas en terme de type de peau, d’âge ou encore de condition de la peau. Le statut plasmatique en caroténoïdes n’a pas non plus été évalué, même s’il est probable que toute distorsion soit en partie annulée par l’adoption généralisée d’un régime pauvre en caroténoïdes 15 jours avant l’étude. L’étude est aussi trop courte (quelle étude ne l’est pas ?), s’arrêtant sur des résultats très positifs et des courbes parfois encore ascendantes après 12 semaines. On aimerait en savoir plus sur le long-terme ! Finalement, sans explications, l’élasticité de la peau est mesurée sur l’avant-bras droit des femmes – point un peu étrange alors qu’on s’imaginerait que le visage s’imposerait de soi-même pour une telle étude.

Les résultats de l’étude lutéine-zéaxanthine sur la peau humaine

Ø+Ø

Crème humidifiante standard + placebo alimentaire

Ø + Peau

Crème humidifiante enrichie + placebo alimentaire

Avalé + Ø

Complément alimentaire + crème humidifiante standard

Avalé + peau

Complément alimentaire + crème humidifiante enrichie

Lipides superficiels de la peau (*)

+10%
Impact immédiat (présence dans la crème)

+20%
Impact sous 2 semaines ou moins

+45%
Impact graduel : +12% au bout de 2 semaines

+60%
Impact graduel : +20% au bout de 2 semaines

Peroxydation des lipides (indicateur de stress oxydatif) Réduite de plus de moitié par rapport au double-placebo au bout de 12 semaines ; de plus de 15% sous 2 semaines
Capacité photo-protectrice (mesurée comme diminution du rougissement de la peau sous un régime standardisé de bombardement d’UV) Amoindrie de près de moitié par rapport à la situation initiale : la peau est rendue plus sensible au soleil ! +40% sous 2 semaines x 2,5 sous 2 semaines x 4, pour l’essentiel sous 2 semaines
Élasticité de la peau + 50% sous 2 semaines

+70%

Impact graduel : +55% sous 2 semaines

+55%+55% sous 2 semaines

+70%

Impact graduel : +60% sous 2 semaines

Hydratation de la peau +20%

+60%

Impact graduel : +25% sous 2 semaines

+60%

Impact graduel : +25% sous 2 semaines

+80%

Impact graduel : +30% sous 2 semaines

(Chiffres arrondis aux 5% les plus proches pour plus de lisibité)

femme-belle-peau-luteineLes résultats sont impressionnants. La lutéine/zéaxanthine semble promise à un brillant avenir de complément alimentaire beauté, et par la même voie la spiruline… En effet, la dose utilisée dans l’étude correspond à 5 grammes de spiruline, à peine plus que la portion classique de spiruline alimentaire, soit environ 1/2 cuillère à soupe.

Cette étude est l’une des premières étudiant les vertus cosmétiques de l’alimentation et se situe au début d’une probable vague d’études sur le lien entre nourriture et belle peau. Le champ d’études avait déjà été amorcé en matière de photo-protection de la peau (aussi par les caroténoïdes). On peut s’attendre à ce que la méfiance vis-à-vis des cocktails chimiques présents dans beaucoup de soins de beauté pousse à plus d’études sur la recherche de produits de beauté alimentaires. Espérons que le cas des boutons d’acné et des rides se clarifie aussi dans un proche avenir !

Nota : pour obtenir les proportions la crème hydratante à la lutéine avec de la spiruline, il suffirait d’obtenir un mélange cosmétique contenant environ 25% de spiruline sèche. Cette proportion correspond par ailleurs presque exactement à celle de la spiruline fraîche.

La spiruline, une source alimentaire majeure de lutéine-zéaxanthine

À 10 mg de lutéine et 0,6 mg de zéaxanthine, les caroténoïdes étudiés ont été apportés en quantités élevées, correspondant au double de la consommation moyenne française et 5 fois plus que la consommation moyenne étasunienne, mais très atteignables à condition de manger beaucoup d’épinards (90 g), de chou frisé (60 g) ou de spiruline (5 g). À noter que ces trois aliments sont à peu près le seul moyen d’atteindre les quantités indiquées par l’alimentation.

Pour finir le clin d’oeil pub du texte – parce que ce qui m’intéresse est avant tout que tout le monde ait une jolie peau le plus longtemps possible 😉 –, une dose quotidienne de 3 grammes de spiruline permet en soi de doubler immédiatement l’apport moyen en lutéine de la population française et pourrait donc en soi suffire si l’on mange par ailleurs des légumes verts en branche de façon régulière.

Pour aller au coeur de la référence scientifique

J’ai traduit le résumé de l’article en français pour les non-anglophones :

« Effets bénéfiques de long-terme d’un traitement combiné oral et topique des caroténoïdes lutéine et zéaxanthine sur la peau humaine: une étude en double-aveugle à contrôle placebo »

Contexte :
La peau est exposée à de nombreuses atteintes par son environnement qui peuvent mener à un vieillissement prématuré. Parmi ces agents, nul n’est sans doute autant partout présent que les rayonnements ultraviolets (UV) issu de la lumière du soleil. Le moyen primaire et immédiat de défense contre les dommages environnementaux de la peau se situe dans la capacité anti-oxydante de celle-ci. Ce système de défense peut cependant être compromis par une exposition modérée au rayonnement ultraviolet. Promouvoir le système antioxydant de défense de la peau constitue donc une stratégie potentiellement importante pour réduire les dommages cutanés induits par l’environnement.

Objectif de l’étude :
Cette étude clinique a été conçue pour étudier l’efficacité de la lutéine et de la zéaxanthine, deux antioxydants potentiellement importants qui se trouvent naturellement dans la peau, sur cinq paramètres physiologiques de la peau (lipides en surface, hydratation, activité photo-protectrice, élasticité de la peau et peroxydation des lipides de la peau comme malondiadéhyde) de sujets humains. Ces caroténoïdes xanthophylles ont été administrés soit oralement, soit topiquement, soit en combinaison (à la fois par voie orale et par application sur la peau). Les résultats obtenus indiquent que la combinaison entre une administration orale et une application cutanée de lutéine et de zéaxanthine procure le plus haut degré de protection anti-oxydante. Cependant, l’administration orale et l’application cutanée de ces antioxydants de façon individuelle procure aussi une activité significative dans la peau. De plus, l’administration orale de lutéine pourrait procurer une meilleure protection que celle amenée par l’application cutanée si on la mesure en termes de changements de la peroxydation de lipides et l’activité photo-protectrice de la peau suite à une irradiation aux UV.

« Beneficial long-term effects of combined oral/topical antioxidant treatment with the carotenoids lutein and zeaxanthin on human skin: a double-blind, placebo-controlled study » in Skin pharmacology and physiology 2007:20 (2007).

Laisser un commentaire