La spiruline est l’incontournable des cures détox. Pour autant son intérêt est souvent mal comprise et on ne sait généralement pas ce qu’elle fait à part « vivifier » et « détoxifier » le corps. Quels sont donc les mythes et réalités de la spiruline en détox ?

Avant de commencer : la détox existe t-elle seulement ?

Il est vrai que la mode de la cure de détox laisse parfois à croire qu’il y a aucun fondement scientifique. Nous tâcherons de démontrer que dans le cas de la spiruline, le mot « détox » est on ne peut plus adéquat.

Des études sur la spiruline mettent en effet en évidence des bienfaits nombreux allant de l’élimination de métaux lourds et de dioxines jusqu’à la protection contre des dommages radiologiques et contre des effets secondaires médicamenteux.

La spiruline permet de mieux éliminer les métaux lourds

VRAI : de nombreuses études démontrent que l’excrétion de mercure, arsenic, plomb, etc. sont considérablement accrues grâce à la consommation de la spiruline. Le niveau de certitude scientifique semble extrêmement élevé. Je ne voudrais pas m’étendre particulièrement sur ce sujet de peur de vous envahir d’informations mais effectivement, la spiruline est très souvent recommandée pour éliminer les métaux lourds.

La spiruline peut aider les fumeurs

VRAI : Il a été récemment démontré que l’un des pigments spécifiques de la spiruline inhibe l’activité de plusieurs composés toxiques de la fumée dans les tissus vasculaires et les poumons. La spiruline est donc probablement un excellent complément détox pour les fumeurs.

La spiruline protège de la radioactivité

VRAI : La spiruline aurait été utilisée dès l’époque soviétique à Tchernobyl. Depuis les recherches continuent et les effets protecteurs sont tels que la spiruline est désormais occasionnellement utilisée dans un contexte médical pour contrer les effets des radiothérapies. Cet usage a été décrit pour la première fois dans le cadre d’une radiothérapie/chimiothérapie utilisée pour traiter un cancer de la vulve : « Radioprotectant and Cytotoxic Effects of Spirulina in Relapsed Verrucous Vulvar Cancer: A Case Report »,  Alternative therapies in health and medecine (2015).

La spiruline a effets détox sur la thyroïde

VRAI : C’est effectivement ce qui laisse à penser une étude qui s’est intéressée à l’effet de la spiruline sur la thyroïde concerne le rôle protecteur de la spiruline en cas de dose toxique de fluor. Les antioxydants de la spiruline protègent la thyroïde du stress oxydatif et des modifications hormonales induites par l’excès de fluor.

Le jus d’herbe d’orge est plus efficace que la spiruline

FAUX : Un simple comparatif entre bienfaits du jus d’orge et la spiruline montre bien que la spiruline a un effet beaucoup plus complet. La bibliographie scientifique sur les effets détox de la spiruline est abondante, ce qui n’est pas le cas de l’herbe d’orge.

Le seul point où les pousses d’orge dépassent la spiruline, c’est en contenu de chlorophylle. La spiruline en contient environ 1% contre 10% dans un extrait de jus d’herbe d’orge. 1% c’est cependant déjà énorme et cela laisse surtout de place à nombre d’autres pigments intéressants – facilement 20% du poids net en phycocyanine par exemple, contre 0% dans l’herbe d’orge, bêta-carotène, lutéine, etc.

La spiruline permet d’éliminer les dioxines

PEUT-ÊTRE : Un mélange de riz complet fermenté avec 5% de spiruline consommé trois fois par jour pendant un an par des personnes âgées contaminées par des méga doses de dioxines quarante ans plus tôt a conduit à une excrétion accélérée des PCDF et PCDD. La part de la spiruline n’est pas clairement distinguée de celle du riz fermenté. Dans le doute, il paraît plus sage de s’intéresser aux deux produits simultanément !

La référence :  « [Excretion promue d’agents causaux de Yusho par la consommation de riz complet fermenté à l’Aspergillus oryze] », Fukuoka Igaku Zasshi 100(5):192–9 (2009).

Laisser un commentaire